Soyons justes, au cours des dix dernières années, le statut social de l’indépendant a connu des évolutions  notables. Ainsi, depuis 2008, les principales améliorations concernent l’assurance maladie avec l’intégration des ‘petits risques’ au niveau de l’assurance obligatoire, les allocations familiales qui ont été alignées sur celles des salariés, le congé de maternité ou encore  la pension des indépendants dont le montant minimum a été aligné sur celui de la pension des salariés.

Ceci dit, il reste des écarts importants avec le régime des salariés. Izeo soutient que réduire encore ces écarts constitue un élément de  nature à stimuler l’entreprenariat. C’est pourquoi nous plaidons pour assouplir les conditions d’introduction des demandes de réduction de cotisations sociales et simplifier la demande et des conditions d’octroi du « Droit passerelle ».

Nous demandons également qu’un meilleur sort soit réservé aux indépendants à titre complémentaire, qui, actuellement, cotisent au régime des indépendants sans en recevoir en retour la moindre prestation.

 

Les propositions d'Izeo