La réforme de l’impôt des sociétés a été globalement accueillie favorablement par Izeo. Pensons surtout à la réduction du taux nominal ou au passage temporaire à 20% de la déduction pour investissement unique. Par contre, la volonté d’une neutralité budgétaire de cette réforme a induit des mesures pour lesquelles nous avons formulé certaines réserves comme l’augmentation de la rémunération minimum qu’un dirigeant de PME doit s’octroyer passant de 36.000 € à 45.000 €.

Malgré cette réforme, la charge fiscale sur le travail et la charge fiscale globale restent des préoccupations majeures des indépendants.  

Par ailleurs, la complexité de certaines règles fiscales constitue aussi une problématique importante pour les entrepreneurs.

Enfin, il est nécessaire d’instaurer un climat de confiance entre l’administration fiscale et les entrepreneurs. Cela passera notamment par une plus grande efficacité de l’administration fiscale et par une plus grande tolérance envers les entrepreneurs lorsqu’ils sont de bonne foi.

 

Les propositions d'Izeo :